Le enshutsuka (演出), que l’on designera par la suite par sa fonction, enshutsu, est l’un des postes les plus importants de la chaîne de fabrication d’un anime, mais aussi l’un des plus difficiles à expliquer car il n’en existe pas d’équivalent exact dans les autres pays. En France par exemple, le travail correspondant est réparti entre le storyboarder, le chef layout, le chef anim et le réalisateur ou assistant-réalisateur. Le mot japonais « enshutsu » peut se traduire par « mise en scène » ; mais dans le cadre de la production d’animation, ce terme est peu explicite. Sur une production de série, la traduction la plus appropriée serait celle de « réalisation d’épisode ».


Pour pouvoir diffuser un épisode par semaine (alors que la production d’un épisode prend en moyenne deux mois), il est obligatoire de fabriquer les épisodes en même temps et de manière échelonnée. Le réalisateur de la série s’occupe de superviser l’écriture, les designs, les storyboards, ainsi qu’une partie de la post-production. Il a déjà fort à faire et il ne lui est donc pas possible de suivre dans le détail la production des plans de chaque épisode. C’est pour cela qu’il dispose d’une équipe de réalisateurs d’épisodes, les enshutsu.

Un enshutsu a la responsabilité de la fabrication de l’épisode qui lui est confié. Il reçoit le storyboard ainsi que les designs validés par le réalisateur ; on lui attribue une équipe d’une quinzaine d’animateurs, un chef animateur (sakuga kantoku – 作画監督) et un assistant de production (seisaku shinkou – 制作進行) avec lesquels travailler. À noter qu’il arrive assez fréquemment de demander le travail de enshutsu à la personne qui a dessiné le storyboard. C’est une situation idéale, car cette personne est alors en position de diriger l’épisode conformément à la vision qu’elle a définie au moment de dessiner ce dernier.

Nous allons maintenant expliquer les principales étapes du travail du enshutsu, pour bien comprendre l’étendue de ses responsabilités.

1/ Enshutsu uchiawase (演出打合せ) – La réunion de mise en scène

Au cas où il n’aurait pas au préalable dessiné lui-même le storyboard, il s’agit de la seule réunion que le enshutsu aura avec le réalisateur ; ce dernier lui expliquera minutieusement toutes les informations dont il aura besoin pour réaliser l’épisode.

C’est une sorte de passage de relais, car c’est la seule fois que le enshutsu sera en position d’écoute et de réception avant de passer lui-même à l’action.

Le réalisateur expliquera le contexte de la série dans lequel se passe l’épisode, puis épluchera le storyboard plan par plan ; il décrira alors les actions des personnages, les particularités des designs, les différentes intentions. Bon nombre d’indications sont déjà écrites sur le storyboard, mais rien ne vaut une discussion directe pour insister sur certains points ; ou bien a contrario, indiquer les éventuels passages où le réalisateur est prêt à laisser carte blanche au enshutsu.

2/ Sakuga uchiawase (作画打合せ) – La réunion d’animation

Le enshutsu briefe en priorité les chefs animateurs ou sakkan (作監). Ceux-ci devant superviser l’ensemble de l’animation de l’épisode, il leur explique en détail la totalité des plans.

L’épisode est ensuite découpé en petites séquences ou scenes, attribuées chacune à des animateurs différents. En fonction de la disponibilité et de la rapidité de l’animateur, le nombre de plans dont il a la charge peut aller d’une poignée jusqu’à plusieurs dizaines. Au cours de la réunion, le enshutsu briefera l’animateur sur chaque plan de la séquence à animer.

Deux assistants de production assistent également à cette réunion : le seisaku shinkou (coordination de l’épisode en question) et le settei seisaku (設定制作, assistant en charge de distribuer tous les designs et documents de référence).

Le enshutsu fait autant de réunions qu’il y a d’animateurs sur son épisode. Il arrive que les réunions se fassent par téléphone lorsque les animateurs sont des free-lances qui habitent loin. C’est le seul moment où le enshutsu sera en contact avec les animateurs. Tout le travail qu’ils effectueront ensemble par la suite se fera par échange de dessins, et en communiquant indirectement par l’intermédiaire du seisaku shinkou.

Lorsque la série comporte des scènes 3D, le enshutsu briefe le directeur 3D – ou directement les animateurs 3D, de la même manière que les animateurs 2D. Il s’agira alors d’une 3D uchiawase (réunion 3D).

3/ Layout check (レイアウトチェック) – La vérification des layouts

C’est l’étape la plus cruciale de la chaîne de production. Les layouts dessinés par chacun des animateurs, accompagnés des feuilles d’exposition (qui définissent le timing de chaque pose-clé, les éventuels mouvements de caméra, etc) sont apportés sur le bureau du enshutsu. Celui-ci va les inspecter scrupuleusement et vérifier que l’animateur a bien suivi les instructions communiquées pendant la réunion. Dans le cas où le layout n’est pas satisfaisant, il le corrige lui-même ou fait toutes les remarques nécessaires afin que le chef animateur puisse retravailler les dessins.

Il y a différents types de enshutsu ; tous ne sont pas de bons dessinateurs. En fonction de leurs compétences ou des aspects qui leur tiennent à cœur, les corrections ne porteront pas sur les mêmes points. Certains enshutsu aiment redessiner entièrement les layouts, d’autres font confiance aux animateurs et se contentent de petites notes sommaires. Toutes les approches sont possibles et, en fonction des choix faits à cette étape, le résultat final à l’écran peut être radicalement différent.

Mais contrairement au chef anim qui va se concentrer sur la qualité esthétique des dessins, le enshutsu supervise quant à lui la composition générale du plan et les intentions. Le timing, la synchronisation des dialogues, le positionnement des bruitages par rapport au mouvement et l’ajout d’effets spéciaux de compositing sont autant de points qui sont également vérifiés et annotés sur la feuille d’exposition ou time sheet.

Lorsque la série comporte des séquences en 3D, les checks ne se font pas sur papier mais en général directement sur écran en compagnie du directeur 3D.

4/ Genga check (原画チェック) – La vérification des poses-clé

En général, si les layouts ont été bien supervisés et les animateurs sérieux, cette étape de vérification des genga (poses clefs) n’est qu’une formalité. Le enshutsu vérifie les dessins et la feuille d’expo une dernière fois avant que les dessins ne partent au douga (clean et intervalles)

5/ Haikei uchiawase (背景打合せ) – La réunion décors

De la même façon qu’il a expliqué tous les plans de son épisode au chef animateur, l’enshutsu expliquera cette fois au chef décor ou bijutsu kantoku ses intentions pour chaque plan de l’épisode. Au moment de cette réunion, on dispose la plupart du temps des layouts ; dans le cas où il manque une partie d’entre eux, on travaille à partir du storyboard.

Le enshutsu redonne toutes les informations nécessaires à la bonne fabrication des décors : orientation des lumières, séparation des différents niveaux (ou books), intentions de contrastes ou de couleurs, etc. Ces indications sont a priori déjà inscrites sur les layouts, mais la réunion permet de valider l’ensemble et de dialoguer avec le chef décor. Ce dernier peut avoir lui-même des suggestions et influencer les choix du enshutsu.

6/ Iro uchiawase (色打合せ) –  La réunion couleur

Il s’agit de la réunion que le enshutsu va faire avec les personnes en charge de la coordination des couleurs : le shikisai sekkei (色彩設計, responsable sur la série) et iroshitei (色指定, responsable sur un épisode). Cette fois, le sujet porte sur les couleurs des personnages ou de tout autre élément traité en cell (et qui ne dépend donc pas de l’équipe décor).

C’est une réunion assez rapidement menée car les couleurs ont, pour la plupart, déjà été définies précédemment par le réalisateur de la série. Le contrôle du enshutsu est assez limité à ce niveau. Il se cantonne aux ambiances propres à son épisode, ou aux éléments non récurrents qui apparaissent uniquement dans le cadre de sa supervision.

7/ Satsuei uchiawase (撮影打合せ) – La réunion compositing

Il s’agit cette fois de la réunion avec le directeur du compositing ou satsuei kantoku (撮影監督), au cours de laquelle le enshutsu va expliquer les différents effets qu’il souhaite voir appliqués à cette étape. Pour certains effets très particuliers, il arrive que l’on demande quelques tests avant de se décider.

Parfois les réunions décor, couleur et compositing sont regroupées en une seule pour faire gagner du temps. Les différents chefs de départements sont conviés en même temps, et le enshutsu n’explique qu’une fois l’ensemble des séquences de son épisode.

8/ Henshuu ou Cutting (編集, カッティング) – Montage

Le enshutsu, le réalisateur et le monteur travaillent ensemble au montage des plans de l’épisode. Il est indispensable d’effectuer le montage avant l’enregistrement des voix et le travail de post-production sonore. L’un des problèmes récurrents dans l’industrie actuelle provient du fait que les plannings de production ne laissent pas le temps de finir les plans avant l’étape du montage. Les plans ne sont en général finis que quelques jours (ou heures !) avant la diffusion de l’épisode à la télévision, ce qui rendrait la post-production son naturellement impossible à faire dans les temps.

En général, on monte donc l’épisode avec des versions peu avancées des plans ; on utilisera souvent les layouts, mais dans le pire des cas il peut même s’agir des dessins du storyboard. Le timing très précis des dialogues et de tous les bruitages est fixé à cette étape, et il ne sera donc plus vraiment possible de les modifier par la suite…

9/ Haikei check (背景チェック) – Vérification des décors

Après une première vérification par le chef décorateur, les décors sont envoyés au enshutsu qui les vérifie à son tour. En cas de problème, il les renvoie à nouveau au chef décorateur pour correction. Un épisode comprend en moyenne 300 décors.

10/ Rush check (ラッシュチェック) – Vérification des rushes

Une réunion est organisée avec tous les chefs de département, afin de vérifier les plans un par un après une première passe de compositing. Il arrive que ces plans soient montés (dans le cas où la phase de henshuu a déjà eu lieu). Le enshutsu coordonne la réunion, c’est lui qui prend les décisions de valider ou non les plans visionnés. En cas de retake, les plans sont corrigés et vérifiés à nouveau quelques jours plus tard, jusqu’à ce que le enshutsu donne son accord.

11/ Onkyou uchiawase (音響打合せ) – Réunion son

Le enshutsu se réunit avec le directeur du son pour parler des effets sonores.

12/ Afureko (アフレコ) – Enregistrement des voix

Le enshutsu et le réalisateur travaillent avec le directeur du son à l’enregistrement des voix. Ils briefent les seiyuu (声優, acteurs de doublage) et leur font refaire des prises si nécessaire.

13/ Dubbing (ダビング) – Mixage final

Enshutsu et réalisateur assistent au mixage final de l’épisode, donnent des directives pour la balance entre voix, effets sonores et musiques. Il s’agit de la dernière étape de travail du enshutsu (celui-ci n’assistant pas à la toute dernière étape de conformation vidéo).

En position de responsabilité à chaque étape de production de son épisode, le enshutsu est vraiment en mesure d’en contrôler la fabrication jusque dans les moindres détails, si le planning le lui permet bien sûr. Il s’agit d’un poste passionnant mais exigeant, qui demande une grande expérience afin de pouvoir orienter et commenter le travail de chacun des membres de l’équipe.

Il est possible d’accéder au poste de enshutsu après quelques années d’expérience en tant qu’animateur-clé ou assistant de production.