Visa de tourisme

En tant que Français, lorsque l’on souhaite venir au Japon en tant que simple visiteur ou pour un voyage d’affaires, il n’est pas nécessaire de demander un visa. Un visa de tourisme est délivré automatiquement et vous permet de rester 3 mois complets consécutifs. Vous êtes même autorisé à rester 6 mois au Japon sur une année totale, mais pas de manière consécutive. Si vous souhaitez séjourner 6 mois au Japon, il vous faudra impérativement sortir du territoire, même brièvement. La meilleure option dans ce cas est de faire un court séjour en Corée ou à Taiwan, puis de revenir un ou deux jours plus tard. Vous pourrez être amenés à justifier la nécessité d’un séjour prolongé au Japon auprès des officiers de la douane, mais ils devraient théoriquement vous laisser à nouveau rentrer sur le territoire.

N’abusez cependant pas de multiples visas de tourisme au fil des années, sous peine d’éveiller les soupçons des services de l’immigration. Mieux vaut faire profil bas, car un mauvais dossier pourrait vous pénaliser dans l’obtention d’un visa de travail. De longues périodes passées au Japon pourraient laisser penser que vous exercez un emploi sans autorisation, alors qu’il est bien sûr totalement illégal de travailler avec un simple visa de touriste.

Il vous offrira toutefois une entrée aisée dans le territoire dans le cas de stages courts, ou de prises de contact avec des studios avant de revenir pour un séjour nécessitant un visa de plus longue durée.


Visa vacances-travail

Pour ceux qui souhaiteraient avoir une première expérience professionnelle au Japon, la meilleure façon de se lancer est de démarcher un visa vacances-travail. Ce visa, réservé aux ressortissants français âgés de 18 à 30 ans (révolus), ne peut être obtenu qu’une seule fois et n’est pas renouvelable. Réfléchissez donc bien avant de l’utiliser. Il a été créé pour permettre aux jeunes de découvrir le pays, sa culture et sa langue, tout en permettant de travailler un minimum pour assurer ses revenus pendant la durée du séjour. Il vous permettra donc d’avoir un emploi, mais pas sur une année complète, ou alors pas à plein-temps. Le site de l’ambassade précise en effet :

 “Nous attirons toutefois votre attention sur le fait que, bien que le travail soit accessoirement admis dans le but de compléter ses finances, il ne peut en aucun cas être l’objectif principal du séjour. Celui-ci devant rester avant tout touristique.”

La proportion entre vacances et travail n’est cependant pas clairement définie. Ce visa, bien qu’il ne soit donc pas adapté à l’exercice d’une profession à temps complet sur l’année, permet néanmoins d’envisager sereinement une première expérience en tant que débutant dans un studio d’animation, en immersion dans la culture japonaise.

Visiter le site de l’ambassade pour de plus amples informations sur le visa vacances-travail :

http://www.fr.emb-japan.go.jp/consulaire/visa/wh.html


Visa de travail

Une fois votre visa vacances-travail utilisé, vous allez avoir besoin d’un visa de travail pour pouvoir continuer à exercer sur le territoire japonais. Vous pourrez également en faire la demande dès votre premier séjour professionnel, au cas où vous auriez plus de 30 ans, ou si vous êtes déjà en contact avec une société qui vous propose un poste à temps complet.

Contrairement au visa vacances-travail que vous pouvez obtenir par vos démarches auprès de l’ambassade du Japon en France, le visa de travail est beaucoup plus difficile à obtenir. En effet, il ne dépend pas que de vous, mais tout autant – si ce n’est plus – de l’entreprise qui va en faire la demande. Pour l’obtenir, vous aurez besoin qu’une entreprise japonaise fasse des démarches auprès du bureau de l’immigration ; démarches qui seront longues, compliquées et sans garantie de résultat.

Quand bien même vous auriez un bon dossier, fournissant les preuves d’une formation reconnue et d’une expérience professionnelle faisant de vous un atout pour votre employeur japonais, la réponse peut parfois mettre plus de 6 mois à arriver. Il vous faudra donc vous armer de patience, vous et votre employeur. De notre expérience, les refus de visas sont rares dans notre domaine, et les visas délivrés permettent de travailler de 1 à 3 ans sans restrictions de secteur ni d’employeur. Par contre, trouver une société désireuse de se lancer pour vous dans les démarches n’est pas simple si elle ne vous connaît pas. Il est donc préférable de venir rencontrer des entreprises avec le visa touriste au préalable, ou de travailler en « période de test » avec le visa vacances-travail.

Dans tous les cas, il vous faudra d’une manière ou d’une autre investir le temps nécessaire pour convaincre un studio de vous accueillir. Nous ne pouvons que vous conseiller de construire une relation de confiance entre vous et une entreprise, et d’envisager votre projet professionnel sur le moyen ou le long terme.

En savoir plus sur les conditions d’obtention du visa de travail :

http://www.fr.emb-japan.go.jp/consulaire/visa/#travail

Pour ceux que les démarches administratives rebuteraient, il est possible de demander l’aide d’un avocat spécialisé qui, contre émoluments, se chargera efficacement de votre dossier.


Rapprochement familial

Il existe des solutions alternatives vous permettant de travailler légalement. Au cas où vous seriez en couple avec un ressortissant japonais, choisir de se marier peut grandement vous faciliter la vie au quotidien. Il vous sera par exemple très simple d’obtenir un visa de conjoint, qui vous permettra de résider sur le territoire japonais et de travailler légalement sans limitation. Nous n’encourageons cependant pas le mariage blanc ! L’administration japonaise sera d’ailleurs très pointilleuse, voire intrusive, pour vérifier l’authenticité de la relation avant de valider le mariage de l’un de ses ressortissants avec un étranger.

Dans le cas où votre époux(se) ne serait pas japonais(e) mais posséderait un visa de travail, vous pouvez faire une demande de visa de rapprochement familial. Celui-ci vous permettra de travailler 28 heures par semaine. Pour l’obtenir, votre époux(se) devra fournir des documents justifiant qu’il peut subvenir à vos besoins. Si tous les documents sont en règle, vous obtiendrez votre visa de conjoint pour une durée de 1 an renouvelable.

Consulter les informations relatives au rapprochement familial :

http://www.fr.emb-japan.go.jp/consulaire/visa/rapprochement_familial.html


Études

Vous pouvez également faire une demande de visa d’étudiant (séjour temporaire ou long séjour). C’est une alternative pour ceux qui veulent apprendre le japonais sur place et pouvoir travailler un petit peu à côté. Comme pour le visa d’époux, vous pourrez travailler 28 heures par semaine. Il faut compter au minimum 10 000 euros par an pour une école de japonais.

En savoir plus :

http://www.fr.emb-japan.go.jp/consulaire/visa/etudes_courtes.html (séjour temporaire)

http://www.fr.emb-japan.go.jp/consulaire/visa/etudes.html (long séjour)