L’industrie de l’animation japonaise est en manque de talents, et de nombreuses opportunités sont donc à saisir. Mais en tant qu’étranger, tous les métiers ne sont pas facilement praticables, à cause de la barrière de la langue et des méthodes de production particulières. Même les professionnels expérimentés qui chercheraient une expérience dans l’Archipel doivent en être conscients, trouver un emploi au Japon dans leur domaine de compétence est loin d’être simple. Pour vous aider, voici la liste des postes les plus accessibles aux étrangers.


Assistant de production – Seisaku Shinkō 制作進行

Travail éprouvant mais passionnant par lequel débutent bon nombre de Japonais. Il ne nécessite pas de connaissances particulières en animation, ni de savoir dessiner, mais un très bon niveau en japonais est indispensable. Idéal pour les étudiants sortant de fac de japonais, ou les personnes parlant couramment qui sont passionnées par l’animation.

En savoir plus sur le métier de seisaku shinkō


Cleaner intervalliste – Dōga 動画

C’est le passage quasi obligatoire pour les aspirants animateurs. Le niveau requis en dessin n’est pas très élevé : quelques années en école d’art, ou un bon niveau en tant qu’autodidacte suffisent pour postuler. La formation se fait directement dans le studio. Les premières années sont dures mais très formatrices. Un niveau moyen en japonais est suffisant pour commencer.

En savoir plus sur le métier de dōga


 Animateur 2D – Genga 原画

Il est difficile de passer directement animateur au Japon pour un étranger, même expérimenté. La méthode japonaise étant différente, il est impératif de l’étudier et de la pratiquer au préalable. Les animateurs français de Furansujin Connection ont comme projet de diffuser cette méthode au Japon et en France, pour faciliter la participation d’animateurs français à des productions japonaises dans les prochaines années. N’hésitez pas à nous contacter pour organiser des master classes dans vos studios ou écoles.

Une fois la méthode assimilée, trouver du travail comme animateur est facile car la demande est énorme. Attention cependant au moment de l’embauche, car il peut être difficile d’en vivre correctement si le contrat est mal négocié.

Il vous faudra aussi avoir un niveau correct en japonais, ou avoir recours à un interprète. Avec un peu de chance, vous pourrez également trouver des co-productions étrangères qui vous permettront de travailler directement en français ou en anglais.

En savoir plus sur le métier de genga 


Animateur 3D – CG animator CG アニメーター

 Les postes dans l’animation 3D sont plus aisés à obtenir pour les étrangers. Les techniques de production sont proches, et les logiciels utilisés sont les mêmes. Qui plus est, un certain nombre de studios d’animation ou de jeux vidéo sont assez ouverts et emploient très régulièrement des artistes de toutes nationalités.

Si vous choisissez de travailler dans le département 3D d’un studio 2D, il vous faudra être un généraliste touche-à-tout, car il vous sera demandé de travailler sur vos plans depuis le layout, voire même depuis le modeling, jusqu’au rendu.

Dans les studios exclusivement 3D par contre, la chaîne de production est plus fragmentée, à l’occidentale. C’est dans ce genre de sociétés qu’il devrait être le plus facile de commencer.

Le niveau de japonais requis varie en fonction du studio.


Designer en décor et props – Bijutsu settei, Prop settei 美術設定、プロップ設定

Le travail de design est accessible aux personnes créatives ayant un niveau de dessin élevé. Il vous faudra par contre comprendre suffisamment bien le japonais pour suivre les instructions données par le réalisateur et communiquer avec les assistants de production. Il peut être difficile d’accéder à ce poste car le designer est considéré comme faisant partie du main staff. Notre conseil est de développer son réseau et de constituer un book solide, et dans un style adapté aux productions actuelles. Une recommandation peut également aider.

En savoir plus sur le métier de designer décor 


Décorateur couleur – Haikei 背景

L’une des premières choses à savoir est que le travail de décor est pris en charge principalement à l’extérieur des studios de productions. En effet la plupart des studios d’animation n’emploient pas de décorateurs, mais travaillent avec des studios prestataires spécialisés dans ce domaine. Si vous cherchez du travail comme décorateur, adressez-vous aux sociétés de production de décors. Elles embauchent chaque année de jeunes diplômés et les forment en interne. Après quelques années, il est possible d’évoluer dans cette carrière en devenant chef-décorateur.

Un niveau de japonais moyen est suffisant pour débuter, mais même avec un niveau artistique exceptionnel, il faut pouvoir parler couramment pour prétendre au poste de chef décorateur car celui-ci doit pouvoir discuter avec le réalisateur et gérer son équipe.

En savoir plus sur le métier de décorateur couleur


Compositing – Satsuei 撮影

Le compositing est réalisé en grande partie dans des sociétés spécialisées, mais la plupart des grandes sociétés de production d’animation ont aussi leur propre département en interne. Travailler dans le compositing est accessible aux étrangers à condition qu’ils aient un niveau en japonais suffisant. Il n’est pas rare de croiser de jeunes Chinois ou Coréens qui choisissent cette carrière après avoir étudié le japonais quelques années sur place.


Nous conseillons aux Français character designers et storyboarders qui aimeraient travailler au Japon, de ne pas chercher directement du travail dans leur domaine de spécialisation, car il n’existe aucune passerelle. Le character design japonais requiert un style très spécifique et une certaine notoriété auprès des fans japonais. Le storyboard quant à lui, requiert une bonne connaissance des contraintes de production japonaises, et un japonais courant pour lire et comprendre un script, discuter avec le réalisateur et annoter son storyboard.

Envisagez ces postes seulement à moyen ou long terme, après quelques années passées dans l’industrie – par exemple en tant qu’animateur.