Il n’est pas nécessaire d’avoir la fibre artistique pour travailler dans l’animation. Avoir de bonnes équipes d’animateurs, de décorateurs ou autres postes créatifs est bien sûr important ; mais les assistants dont le rôle est de faire le suivi de production sont indispensables pour organiser et faire avancer les projets.


Les assistants de production doivent être disponibles, organisés, avoir une bonne connaissance des étapes de fabrication et surtout savoir se montrer persuasifs. Bossant souvent avec des artistes free-lances engagés sur plusieurs projets simultanément, ils doivent alors se débrouiller pour leur faire rendre le travail dans des délais qui ne mettent pas en danger le planning global. Les qualités requises sont donc bien différentes de celles recherchées chez les artistes. C’est une chose à ne pas oublier pour les passionnés qui souhaitent travailler dans ce milieu, mais qui n’ont pas de facilité en dessin. Car si plus d’une quinzaine de professions différentes sont nécessaires pour mener à bien une production, toutes ne nécessitent pas de savoir dessiner.

Le suivi des designs sur un projet

Parmi les membres du staff de production (seisaku), travaille le settei seisaku shinkō. Contrairement aux seisaku shinkō (coordinateurs de production des episodes), par projet il n’y a qu’une seule personne  qui prend en charge ce travail. Son rôle est de faire le suivi de la production des designs (settei 設定 signifiant design en japonais) : il s’agit des character settei (designs de personnages), bijutsu settei (designs de décor), prop settei (designs d’accessoires) ou encore mecha settei (designs de robots ou designs mécaniques en général).

Le rôle du settei seisaku shinkō débute dès la pré-production, au moment où les designers commencent à travailler sur le projet. Il assiste à toutes les réunions de commande, en présence du réalisateur et des designers, à l’issue desquelles il s’occupe de fixer le planning de livraison des dessins. Il est chargé de faire respecter les dates de rendu en prenant contact avec les designers.

Comme il est très fréquent que ces designers soient des free-lances qui ne travaillent pas sur place et qui utilisent encore très souvent le support papier, il se déplace lui-même chez eux pour récupérer les dessins, puis les scanne. Il avertit le réalisateur de l’arrivée de dessins et organise les réunions au cours desquelles le réalisateur vérifie et commente le travail fourni. En cas de demande de modifications, c’est encore lui qui se charge d’avertir les personnes concernées et fait en sorte que les commentaires soient bien compris et les corrections faites dans les délais les plus brefs.

Constitution du setteishū et listage des commandes de design

Le settei seisaku shinkō s’occupe de composer ce qu’on appelle en France le model pack, au Japon, le setteishū 設定集. Les designs sont classés et regroupés dans un même dossier avant d’être distribués. La version imprimée sur papier de ce setteishū existe toujours, mais de plus en plus d’animateurs lui préfèrent la version digitale (la plupart du temps une suite d’images jpg), plus pratique et qui ne prend pas de place à stocker. Le settei seisaku shinkō met le setteishū à jour regulièrement, en fonction des nouvelles arrivées de designs.

C’est également lui qui dépouille les scénarios et les storyboards. C’est-à-dire qu’il dresse une liste des designs à préparer entre l’étape de l’écriture du script et du storyboard, et une seconde entre le storyboard et l’animation. Les listes sont vérifiées et corrigées par le réalisateur lui-même, souvent directement au moment des réunions de commande des designs.

Prenons un exemple. Imaginons une séquence du scénario qui se passe dans une salle d’hôpital avec un scanner médical, et qui met en scène un docteur. Le settei seisaku shinkō va ajouter, dans la liste de design personnages à faire, le docteur ; et dans la liste des décors, la pièce avec le scanner. Mais le réalisateur décide qu’il n’est pas nécessaire de demander au character designer de faire spécialement un design pour ce personnage car il est déjà très en retard dans le design d’autres personnages plus importants. Si c’est un petit rôle, il va demander à l’animateur de la scène de se charger directement de designer le personnage du docteur. Concernant le décor, le réalisateur ne souhaite pas que le scanner soit un appareil réaliste mais, au contraire, soit dessiné d’une manière très futuriste. Dans ce cas, le scanner ne sera pas demandé au designer décor, mais au mecha designer. La répartition des designs dépend donc de beaucoup de paramètres. Il n’est par ailleurs possible de prendre une décision qu’après avoir consulté le réalisateur.

Une fois tous les designs commandés, dessinés, puis validés, le settei seisaku se charge de distribuer toutes ces références à chaque animateur. En cas de question de l’animateur ou d’éléments manquants, c’est à lui que l’on s’adresse. Le réalisateur n’est jamais consulté directement.

Un tremplin pour une carrière dans la réalisation

Le settei seisaku shinkō travaille de près avec le réalisateur. Il doit avoir une bonne compréhension des besoins de chaque scène en termes de designs et références et est aussi en contact permanent avec les designers et les animateurs. C’est un poste qui prépare bien à une carrière de réalisateur.

Travailler comme settei seisaku shinkō ne requiert pas de compétences artistiques, mais la maîtrise du japonais est indispensable.